ARTICLE 1- « Syrie : Paris et Londres réclament une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU »

Le Monde, écrit le 06 Mars 2018, consulté le 06 Mars 2018  (l’auteur n’est pas mentionné)

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2018/03/06/syrie-paris-et-londres-reclament-une-reunion-d-urgence-du-conseil-de-securite-de-l-onu_5266483_1618247.html

Tout d’abord rappelons que depuis 2011, plusieurs groupes armés ( Daech, les kurdes…) se sont ajoutés aux opposants du régime syrien ( armée syrienne libre ou rebelles). Ceux-ci ont des intérêts parfois opposés mais se liguent contre le régime de dictature de Bachar el-Assad, lui-même soutenu par les iraniens, les chiites et les russes.                                        

Le conflit a fait déjà 500 000 morts avec l’utilisation de l’arme chimique, de nombreux massacres, crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Malgré le cessez-le-feu décrété, le 24 Février, à l’unanimité par le conseil de sécurité de l’ONU, les bombardements persistent en Syrie dans la Goutha orientale. C’est pourquoi la France et ses voisins britanniques ont décidé de réunir le Conseil de sécurité des Nations unies mercredi dernier (07 mars). En outre, depuis 2013, 400 000 habitants sont assiégés dans ce quartier de Damas, capitale de la Syrie. Mardi dernier le régime a poursuivi ses frappes aériennes et même empêché un convoi humanitaire d’entrer dans la ghouta.

En plus de cette réunion d’urgence, les nations unies ont publiés une enquête (faite à partir de 500 entretiens de survivants, témoins…) dénonçant les crimes de guerre, ainsi que l’utilisation de l’arme chimique en 2017, du chef d’état Syrien. Cette enquête annonce qu’après 8 ans de guerre civile, « la violence à travers ce pays a atteint de nouveaux sommets ». Elle évoque également les bombardements aériens de l’an dernier effectués par les russes et la coalition internationale qui ont tué de nombreux civils.

Cependant les rebelles ne sont pas exempts de tous reproches car il est écrit dans le rapport que certains se servaient de civils comme boucliers humains.

 Esprit critique : Cet article est très objectif puisqu’il se contente de relater les faits sans donner son opinion sur la bataille. De plus je le trouve intéressant car il m’a donné envie d’aller lire l’article du mercredi pour savoir quelles décisions ont été prise par le conseil de sécurité de l’ONU. Néanmoins celui-ci est critiquable car l’origine du conflit n’était pas évoquée, j’ai donc dû faire des recherches. Ce conflit étant complexe, un simple rappel des faits aurait été pertinent, car pour une personne n’ayant aucune connaissance de cette guerre la compréhension de l’article aurait été difficile.

 

ARTICLE 2 : - « Près de 6 % des entreprises françaises sont en difficulté, selon Coface »

Les Echos, publié le 07 Mars 2018 par Guillaume de Caligon, consulté le 07 Mars 2018 

https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/0301387005892-pres-de-6-des-entreprises-francaises-sont-en-difficulte-selon-coface-2159172.php#inscription

Selon cet assureur-crédit (Coface) 6% des entreprises en France sont peu productives, peu rentables et la plupart du temps endettées, elles sont appelées entreprises « zombies ». Dans le but de surmonter la crise des subprimes les banques centrales ont mis en place des politiques monétaires ultra-accommodantes. Cependant ces politiques ont eu des conséquences très néfastes dans certains domaines notamment l’augmentation des entreprises « zombies ».

Selon un économiste de Coface «  les entreprises zombies tirent les gains de productivité à la baisse et la croissance du PIB aussi ». Elles font donc baisser la croissance économique  car elles captent des prêts et des capitaux qui pourraient bénéficier aux autres entreprises. De plus cette stagnation séculaire (stagnation de la croissance économique depuis quelques années) s’explique par l’absence de destruction créatrice (concept de l’économiste autrichien Schumpeter).  

Mais malgré l’amélioration de la conjoncture qui a permis entre Janvier 2017 et Janvier 2018 à 53 414 entreprises de faire faillite soit un recul de 8,3% sur 1 an, les entreprises défaillantes et les entreprises zombies s’élèvent à 5,7% en France ce qui est moins que nos voisins Espagnols et Italiens mais plus que l’Allemagne. Ce taux reste en constante augmentation et il faudra une vigilance particulière de la Banque centrale Européenne quand à cela d’autant plus que sa politique monétaire est moins accommodante.

Esprit critique : J’ai trouvé cet article très enrichissant et intéressant car on s’intéresse plus souvent dans les médias aux entreprises prospères. Ainsi une autre vision des entreprises Françaises nous est transmise. De plus  de nombreux chiffres viennent illustrer les arguments de l’auteur, ceux-ci permettent au lecteur de visualiser la gravité du problème évoqué. Cependant je pense qu’il aurait été plus judicieux d’insérer un lexique à la fin de l’article car certains termes comme « destruction créatrice » ou « stagnation séculaire » ne sont pas accessibles à tous les lecteurs.

Lien chapitre : Chapitre 2 « Comment expliquer l’instabilité de la croissance ? »  Expliquée ici en partie par l’absence de destruction créatrice, car ses entreprises ne peuvent plus innover pour remplacer leur produits obsolètes.

 

ARTICLE 3 : - « Grève générale sans précédent pour les femmes en Espagne »

Le Point, Publié le 08 Mars 2018, consulté le 09 Mars 2018 (l'auteur n'est pas mentionné)

http://www.lepoint.fr/monde/greve-generale-sans-precedent-pour-les-femmes-en-espagne-08-03-2018-2200757_24.php

Jeudi 08 Mars, en Espagne des millions de personnes ont manifesté pour les droits des femmes. Dans certaines villes le sujet central était la lutte contre le viol ou la pornographie, où les féministes faisaient référence à plusieurs faits divers ayant déjà eu lieu. Dans d’autres l’assassinat des femmes est dénoncé puisque l’an dernier 49 femmes ont été tuées par leur compagnon ou leur « ex » en Espagne. Malgré la révolte l’Espagne reste pionnière dans ce combat contre la violence faite aux femmes car dès 2004 une loi spécifique est entrée en vigueur à ce sujet, qualifiée de « modèle » par le conseil européen. A titre d’exemple les femmes sont payées en moyenne 14.2% de moins que les hommes en Espagne alors que la moyenne européenne s’élève à 16.2%.    

Par ailleurs l’UGT et le CCOO (deux principaux syndicats espagnols)  ont recensés 5.9 millions de travailleurs et travailleuses ayant arrêtés leur activités durant deux heures, ce qui prouve que beaucoup d’espagnols se sentent concernés par cette cause. Mariano Rajoy le chef du gouvernement espagnol l’est d’autant plus puisqu’il a déclaré «  La journée d’aujourd’hui sert à lancer un débat et à nous faire, à tous, prendre conscience »

 

Esprit critique : On pourrait dire que cet article est plutôt subjectif car l’auteur expose seulement les arguments en faveur des droits des femmes, ainsi il donne son opinion. Cependant il est difficilement concevable qu’un avis soit contre cette cause. De plus j’ai trouvé l’article facilement compréhensible car plusieurs images illustrant les faits étaient présentent mais également de nombreuses citations de femmes ou hommes interrogés dans la rue comme « nous voulons être vivantes, pas courageuses »  ou encore « vive la lutte féministe » ont permise d’appuyer le discours. Petit bémol j’aurais préféré voir le point de vue du plusieurs politiques espagnols quand à cette grève or ici seule celui du chef du gouvernement est évoqué. 

Lien chapitre : Chapitre 12 «  Comment analyser et expliquer les inégalités », notamment des inégalités économiques et sociales avec les inégalités de revenu subie par les femmes et les inégalités en fonction du genre.

 

Article 4 : - « Trump-Kim : trêve de plaisanterie pour une rencontre historique »

Libération, publié le 09 Mars 2018 par Christian Losson, consulté le 10 Mars 2018

http://www.liberation.fr/planete/2018/03/09/trump-kim-treve-de-plaisanterie-pour-une-rencontre-historique_1635108

Les présidents Nord-Coréen et Américain devraient se rencontrer pour la première fois depuis la fin de la guerre de Corée en 1953. Si cette rencontre parait inédite, elle suscite autant l’espoir que le scepticisme. L’espoir de ce sommet se concentre sur une possible désatomisation jusqu’à la inespérée après de nombreux échanges verbaux et plusieurs essais balistiques et nucléaires. Le mérite revient tout de même au locataire de la maison blanche qui accepte cette rencontre dans un but pacifique puisque celui-ci était épuisé des tentatives de pouvoir solitaire de Kim Jong un. Même si lors de ce sommet les discussions devraient primer sur les négociations, quelques mesures devraient être prises des deux côtés, notamment un « gel des essais de missiles » pour l’héritier de la dynastie Kim , et un probable  « retrait de 30 000 soldats américains basés en Corée du sud » ou encore un possible terme à l’alliance militaire entre Séoul et Washington. Par ailleurs la dénucléarisation devrait être le sujet central de cette rencontre car Les Etats-Unis entrevoient un désarmement unilatéral Nord-Coréen ce qui n’est surement pas la vision du président Kim. Certains pensent au contraire que cette rencontre serait pour le Coréen un simple moyen d’obtenir le respect de la plus grande puissance mondiale, et n’aurait pas pour but d’apaiser les tensions.

 

Esprit critique : L’article propose des points de vue et arguments différents ce qui permet au lecteur de se forger une opinion. Il est donc objectif. Cependant il contient de multiples liens d’autres articles ce qui nuit à sa lecture. Malgré l’objectivité de l’auteur relatant aussi bien les espoirs que le scepticisme quant à ce sommet, il donne son avis sur l’histoire entre les deux hommes en  la qualifiant « d’épisode plus tragique que comique ». De plus je pense que rappeler les différentes injures échangées par les deux hommes n’était pas nécessaire, on en a déjà assez entendu parler.

 

Article 5 : - « Airbus : 3.700 emplois menacés par la baisse de cadence »

L’express, publié le 07 Mars 2018, consulté le 08 Mars 2018 (L’auteur n’est pas mentionné)

https://www.lexpress.fr/actualites/1/actualite/airbus-3-700-emplois-menaces-par-la-baisse-de-cadences_1990535.html

Airbus est une firme multinationale dont le siège mondial se situe à Toulouse, elle emploie 133.000 personnes dans le monde. En Europe il y aurait une menace d’exactement 3.720 suppressions de postes, l’Allemagne et l’Espagne seraient les plus touchés avec 1.900 et 850 postes supprimés. Alors que la France et le Royaume-Uni devraient voir 470 et 450 emplois touchés. Pour ce faire le groupe devrait mettre en place plusieurs mesures telles que : des départs à la retraite, de la mobilité interne ou encore la non reconduction de CDD. La cause ? Un A380 qui peine à se vendre et une accumulation de retards et de surcouts pour l’A400M depuis son lancement. Pour pallier à cela le groupe va réduire sa cadence annuelle à 6 appareils en 2020 au lieu du double en 2018 pour l’A380 et pour la même échéance la cadence annuelle passera à 8 appareils au lieu de 15. Ce qui explique la réduction de besoin en facteur travail. Pour se défendre Airbus énonce que c’est  « de la baisse de charge, ce n’est pas de la baisse d’effectif » ainsi plusieurs employés devraient être reconduits vers d’autres activités au sein de la FMN. De plus Guillaume Faury le chef de l’aviation commerciale d’Airbus rajoute «  nous avons des grands programmes […] qui ont des cycles de vies […] nous sommes donc amenés en permanence à monter ou baisser les effectifs sur ces programmes en fonction des évolutions », ce qui rendrait donc évidente la suppression de postes. Néanmoins le groupe reste en pleine croissance puisqu’il a presque triplé son chiffre d’affaire en 2017. Et la France subira seulement très peu de ces suppressions d’emploi grâce à l’A350 dont la production prolifère, dans laquelle les salariés pourraient être mutés.

Esprit critique : Un article plutôt objectif puisqu’il se contente de relater les faits, ni l’opinion des salariés ni celle du groupe n’est défendue. Il est très intéressant car il inclut de nombreuses citations comme celle du syndicat de la Force Ouvrière ou encore des représentants de l’avionneur. A part cela il aurait été bénéfique pour l’article de montrer les possibles conséquences que cela peut avoir afin que le lecteur perçoive l’importance de l’affaire.  

 

 

 

Article 6 : - « Conflit avec canal + :  les audiences de TF1 sont en baisse »

Le Figaro, Publié le 04 Mars 2018, mis à jour le 05 Mars 2018 par Sarah Lecoeuvre, consulté le 05 Mars 2018

http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/conflit-avec-canal-les-audiences-de-tf1-en-baisse_1ac23498-1f8e-11e8-a6cc-66af7304141a/

Après un échec des négociations entre le groupe TF1 et Canal +, ce denier a décidé de ne plus diffuser les chaines de son opposant via Canal Sat. Suite à cela une conséquente baisse d’audience est perceptible : l’émission « The Voice » est passé de 6.2 millions de téléspectateur la semaine d’avant à 5.3 millions cette semaine, ou encore le JT de 20h a été exceptionnellement battu par son concurrent direct France 2 ( 5.7 millions pour la 2 contre 4.9 millions pour la une vendredi dernier). Alors qu’habituellement nous retrouvons des audiences de 6 millions pour le leadership (TF1) contre 4.6 millions pour France 2. Pour contrecarrer cette « situation atypique » le groupe des chaines TF1 incite ses téléspectateurs a voir ses programmes en replay sur MyTF1.fr ou en live sur les applications et le web. Par ailleurs si ce conflit perdure les plus touchés pourraient être les annonceurs, qui pourraient réclamer des compensations à la chaine qui ne peut diffuser correctement leurs publicités. A titre d’exemple lors de la diffusion du concert des enfoirés en 2017 un annonceur déboursait alors 145.000 euros pour 30secondes de publicité. Ce qui expliquerait le mécontentement de ceux-ci.

Esprit critique : On voit très bien ici les lourdes conséquences que pourrait avoir ce conflit si jamais il ne se réglait pas. Mais seules les difficultés rencontrées par les chaines télévisées sont évoquées, ainsi j’aurais préféré voir certains témoignages montrant le mécontentement des téléspectateurs ou encore un graphique montrant la part de la population touchée. De plus l’origine des négociations n’est pas mentionnée. Néanmoins de nombreux liens montrant les audiences et plusieurs chiffres révélateurs sont insérés à l’article ce qui l’enrichit.