Premier article : Que sait on sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal, l’ex agent double russe au Royaume Unis ?

Le monde, publié le 19 Mars 2017 à 16h27, par Eléa Pommiers (consulté le même jour)

 

http://www.lemonde.fr/international/article/2018/03/19/que-sait-on-sur-l-empoisonnement-de-serguei-skripal-l-ex-agent-double-russe-au-royaume-uni_5273209_3210.html

 

Le quatre Mars 2018, au sud Ouest de Londres, à Salisbury, un homme et sa fille sont retrouvés inconscients sur un banc. Etant dans un état critique, ils sont alors hospitalisés. L'évènement prendre une tournure politique dès lors qu'on identifie la victime, Sergueï Skripal, ancien colonel du service de renseignement russe, réfugié au Royaume Uni.

En 2004, il avait été arrêté par le FSB (Service Fédéral de la Sécurité Russe) car il était à l'époque un espion russe recruté par les services de renseignements britanniques neuf ans plus tôt. Il leur aurait livré l'identité de plusieurs dizaines d'agents secrets russes exerçant en Europe, contre 100 000 dollars (78 000 euros). Deux ans après, il a été condamné par la Russie pour haute trahison. Il perd alors son titre de colonel et est condamné à treize ans de camp. Six ans plus tard, en 2010, il se réfugie au Royaume Unis après avoir été échangé par trois autres agents russes et contre dix agents dormants du Kremlin installé aux Etats-Unis.

 

Deux jours après la découverte des victimes, la thèse de l'empoisonnement s'impose parmi les responsables politiques britanniques. Elle est renforcée par la contamination de deux policiers, qui ont dû être soignés pour des "symptômes légers" et des traces de contaminations découvertes dans une restaurant où l'ancien espion russe et sa fille avaient déjeuné. Une semaine après l'enquête, le 12 Mars, la substance est identifiée: il s'agit du Novitckok, un agent neurotoxique rompant la connextion entre le système nerveux et les muscles, empêchant progressivement la victime de respirer.

 

Le 14 Mars, Theresa May dénonce une "tentative d'assassinat" et annonce plusieurs sanctions en réponse à ce que le Président de la Commission de la Chambre des communes a qualifié "d'attentat russe".

 

Bien que le Royaume-Unis assure que le dialogue n'est pas rompu avec la Russie, Theresa May a décidé de suspendre les contacts bilatéraux avec Moscou, d'expulser vingt-trois diplomates russes (sur les cinquante-neuf présent au Royaume-Unis), de retirer l'invitation adressée au chef de la diplomatie, et annonce que la famille royale britannique ne se rendra pas à la Coupe du Monde de football en Russie.

 

Dans une déclaration commune du 15 Mars, le Royaume-Uni, accompagné de l'Allemagne, des Etats-Unis et de la France a estimé que la responsabilité russe était la seule explication "plausible" de l'empoisonnement. Les quatre pays ont donc demandé à la Russie toutes les informations sur son programme chimique.

 

Le gouvernement britannique a demandé à l'OIAC (Organisation pour l'interdication d'armes chimiques) d'engager des examens indépendants dans ses laboratoires sur les échantillons recueillis sur place.

 

Le Kremlin quant à lui, répond que "La Russe n'a aucun rapport avec ce qui s'est passé en Grande-Bretagne" et met l'accent sur l'absence de preuve qui impliquerait formellement la Russie. Les autorités russes se déclarent également ouvertes "à toute coopération pour une enquête sur les causes de l'incident"

 

Esprit critique : Bien que l'article est long, il restitue les évènements passés afin de permettre au lecteur de mieux comprendre le contexte. Il explique d'ailleurs ce qu'est la substance Novitchock (quand elle a été crée, en quelle année, ses effets) 

Le journaliste n'exprime pas son point de vue. Bien qu'il y ait le point de vue des deux pays en conflits, le point de vue est centré sur celui du Royaume-Unis.

 

Deuxième article :Saint Quentin Fallavier : grève contre la cession de magasins Carrefour

Le dauphiné Liberé , le 19 Mars 2018, consulté le jour même

http://www.ledauphine.com/isere-nord/2018/03/19/saint-quentin-fallavier-greve-contre-la-cession-de-magasins-carrefour

Le 19 Mars, une cinquantaine de grévistes se sont rassemblés dès sept heures et demie du matin devant la plateforme logistique de Carrefour qui abrite la direction régionale Rhin-Rhône, à Saint Quentin Fallavier. Ils sont venus lutter contre la fermeture de soixante magasins dans la réagion Est de l'Isère. En effet, depuis fin Janvier, le groupe Carrefour a annoncé la fermeture de 273 magasins en France.

 

En Isère, les magasins Carrefour visés sont à La Verpillère, Morestel, Charvieux-Chavagneux, Voirons (petit Carrefou), Tigneu-Jameyzieu et Pontcharra.

 

Esprit critique : L'article est court, le point de vue est subjectif, les paragraphes sont distincts avec une idée différentes pour chacun. En effet, le premier paragraphe évoque la grève, le deuxième l'annonce de la fermeture, le troisième de la recherche de repreneur et le dernier de la liste de magasins fermés.

Je l'ai associé au chapitre 15, quelles politiques pour l'emploi (évolution du chômage)

 

Troisième article: Filière djihadiste : trois hommes mis en examen

Le progrès, le 19/03/2018 à 18:22 consulté le jour même

http://www.leprogres.fr/faits-divers/2018/03/19/filiere-djihadiste-trois-hommes-mis-en-examen

Mardi dernier, les policiers de la Sous direction antiterroriste de la police judiciaire ont interpellé cinq personnes originaires de la région grenobloises dont une femme, dans le cadre d'une commission rogatoire d'un jour d'instruction parisien, puisqu'ils s'interrogeaient sur leurs liens financiers avec deux hommes partis en zone irako syrienne.

Après leur garde à vue, trois membres de leur entourage âgés de dix-huit, vingt et trente ans ont été mis en examens par une jour d'instruction et placé sous contrôle judiciaires, soupçonné d'avoir envoyé de l'argent pour soutenir une filière djihadistes irako syrienne.

 

On juge qu'il y a 1 700 français depuis 2014 partis rejoindre la zone irako syrienne. François Molins, procureur de Paris, a déclaré le 22 Janvier que "676 Français dont 29 Femmes se trouveraient sur zone" irakienne et en Syrie.

 

Esprit critique : L'auteur profite des faits du mardi 13 Mars pour estimer le nombres de français partis rejoindre les zones djihadistes irako syrienne depuis 2014. L'illustration en début d'article est selon moi bien choisie car le symbole de la liberté permet de créer un contraste avec le terrorisme. Cependant, l'auteur utilise des mots familiers tel que "Coup de filet antiterroriste" pour parler de leur intervention dans la périphérie de Grenoble.

 

Quatrième article :Russie : Vladimir Poutine réélu président dès le premier tour

Le monde, 18.03.2018 à 20h08, consulté le jour même

http://www.lemonde.fr/europe/article/2018/03/18/russie-vladimir-poutine-reelu-president-des-le-premier-tour_5272858_3214.html

Vladimir Poutine a été réélue président dès le premier tour avec plus de 76,67 % des voix, alors que l’opposition a dénoncé plusieurs irrégularités au cours du scrutin. La participation s’est élevée à 67,4 %

 

Dimanche, Poutine a été réélu président de la Russe avec 76,67 % des voix, après le décomptes de plus de 99 % des bulletins. En 18 ans, c’est le meilleur qu’il a obtenu.

 

Le candidat du Parti communiste, Pavel Groudinine est en deuxième position avec 12 % des voix. Vladimir Jirinovski, ultranationaliste, est en troisième position avec 6 % des voix et Ksenia Sobtchak, candidate libérale quant à elle, est en quatrième position avec 1.5% des voix.

 

L’ONG Golos, spécialisée dans la surveillance des élections a posté sur son site une carte montrant 2 033 cas d’irrégularités, tels que les bourrages d’urnes, des votes multiples, des entraves au travail des observateurs et des informations faisant objet de contraintes exercées par des employeurs ou universités forçant employés et étudiants à ne pas voter dans les bureaux mais sur leur lieux de travail ou d’études, afin de pouvoir « contrôler leur participation au scrutin ».

 

Alexeï Navalny quant à lui a diffusé une vidéo où il montre le bourrage d’urne dans un bureau de vote en Extrème Orient.

 

Esprit critique : L'article comporte une illustration de Vladimir Poutine en pleine action, après son élection.

Le point de vue du journaliste est objectif. Celui-ci fait un contraste entre le nombre de voix obtenu par Vladimir Poutine et les fraudes signalées. Peut-être qu'une citation du président russe après son élection aurait pu enrichir l'article.

 

Cinquième article :En Chine, les citoyens peuvent être interdit d'avion en fonction de sa "note sociale"

L’express, publié le 19/03/2018 à 16:32, consulté le jour même.

 

https://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/en-chine-on-pourra-etre-interdit-ou-d-avion-en-fonction-de-sa-note-sociale_1993561.html

 

En Chine, certains comportements peuvent conduire à l’interdiction de prendre l’avion ou le train pendant un an, selon un communiqué publié vendredi par les autorités Chinoises.

 

Ces restrictions devraient s’appliquer dès le mois de mal, et pourraient aussi être appliquées à des employeurs qui n’auraient pas d’assurance ou à des personnes n’ayant pas payé leurs amendes.

 

Cependant, cette réforme semble avoir déjà été appliquée en 2017, puisque selon les autorités chinoises, 6 millions de chinois au début de l’année 2018 ont été interdit d’avions.

 

Ces mesures font partie d’un système de « note sociale » inventé par le président Chinois. Cela consiste à « coller » sur les personnes un baromètres permettant de juger leurs faits et gestes et donc d’établir à des corps d’état une organisation permettant de partager des informations sur la fiabilité des citoyens. La note varie en fonction des incivilités, des casiers judiciaires, des situations financières ou opinions politiques. Ce système de notation devrait être opérationnel en 2020 et d’autres types de sanctions et restrictions pourraient être mis en place d’ici là. Les citoyens trop endettés peuvent ainsi avoir des difficultés dans l’accès de certaines hôtels et clubs de golf, ou même d’inscrire leurs enfants dans certaines écoles.

 

 Je l'ai associé au chapitre 12 : Comment analyser et expliquer les inégalités ? (les causes sociales et politiques)

 

Esprit critique : L'auteur est objectif. Des liens ont été mis en place afin de mener le lecteur sur d'autres articles en rapport avec l'article afin de mieux se renseigner. Cependant, l'illustration en début d'article est selon moi mal choisie, car elle ne nous permet pas de comprendre de quoi parle l'article.